//
you're reading...
Outils

La Matrice de Traçabilité


RTM

Matrice de traçabilité

La matrice de traçabilité est un outil de gestion de projet permettant de sécuriser le périmètre grâce au recensement et au suivi des besoins, de suivre l’avancement du projet au travers du suivi de la livraison des documents de requirements, des tests et de leur statuts, et d’identifier d’éventuelles incohérences entre le travail en cours et les besoins/objectifs du projet initialement définis. Elle doit donc être créée dès le début du projet et mise à jour régulièrement tout au long du projet.

La matrice de traçabilité permet d’établir, sous forme de tableau à deux entrées, les relations n-to-n existant entre divers éléments. Elle a principalement pour but de synthétiser les liens entre :

  • Les users requirements et les spécifications fonctionnelles
  • Les tests et les spécifications fonctionnelles

La traçabilité doit être bidirectionnelle, c’est-à-dire qu’elle doit permettre d’établie le lien entre l’exigence source et les exigences de plus bas niveau, et vice versa. Cette pratique permet de déterminer si toutes les exigences source ont été complètement traitées et si toutes les exigences de plus bas niveau correspondent à une source valide (cf. processus SP 1.4 du domaine de processus CMMi « Gestion des Requirements » : SP 1.4 Maintenir une traçabilité bidirectionnelle des requirements).

Elle permet aussi de connaître la couverture des spécifications par les tests, de manière statique (est-ce qu’au moins un test est prévu pour chaque fonctionnalité ?) d’une part, mais aussi en fonction de l’avancement des tests (cf. calculs ci-dessous).

En supposant que tous les tests existants ont été reliés aux spécifications fonctionnelles, voici le tableau de bord de la couverture telle que cet exemple le suggère :

  • Spéc. Fonctionnelle 1.1 : 50%
  • Spéc. Fonctionnelle 1.2 : 100%
  • Spéc. Fonctionnelle 1.3 : 0%
  • Spéc. Fonctionnelle 1.4 : 0%

Il est à noter que la limite de cet outil est l’impossibilité de vérifier si l’ensemble des tests ont bien été reliés aux spécifications. Si la SF 1.2 devait être relié à 3 tests en réalité, la couverture indique 100% au lieu de 33%…

Enfin, si l’on ajoute des critères de criticité (Critical, High, moderate, Low) et d’importance (Must have, Should Have, Could have) aux éléments de la matrice de traçabilité, elle s’avère être un outil de gestion des priorités très précis.

Exemple de livrable :

RTM2

Exemple concret de matrice de traçabilité

Exemple de softwares :

Références :

« Why Software Requirements Traceability Remains a Challenge » : “ … the number of traceability links that need to be captured grows exponentially with the size and complexity of the software system. This means that manually capturing traceability data for large software projects requires an extreme amount of time and effort. 

« Requirements Traceability Matrix – RTM », article PMHUT.

« Traceability matrix », article WIKIPEDIA.

« Test Management Tools », article WIKIPEDIA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :